Free m'a tuer^Wsauver

  |   Source

Au fil du temps, notre connexion ADSL s'est dégradée. Ces derniers temps, la freebox perdait la synchronisation au minimum tous les quarts d'heure et parfois pour une journée entière. On a donc fini par prendre le temps d'ouvrir un incident chez Free. L'aventure commençait donc.

L'assistance technique a immédiatement constaté les reboot intempestifs de la freebox et nous a proposé un rendez-vous avec un technicien. Celui-ci s'est présenté un samedi, conformément à nos souhaits, et a pu constater la mauvaise qualité de la ligne et l'absence de dysfonctionnements sur l'équipement de la maison. Il a donc ouvert un ticket GAMOT pour faire intervenir France Telecom.

Et là, c'est le drame. Sans la moindre nouvelle pendant plusieurs jours, j'apprends le vendredi 23 décembre à 17h40, par l'intermédiaire d'un service qualité, que quelqu'un est intervenu sur la ligne et qu'ils souhaiteraient savoir si tout fonctionne. N'étant pas chez moi, je n'ai rien pu répondre. Mais quelques heures plus tard, j'ai pu constater que l'inervention s'était soldée par un échec cuisant : freebox avec chenillard lent, soit absolument plus de connexion.

Le lecteur attentif aura compris que, vu la date de l'intervention, il m'a été impossible de recontacter cette société avec le 2 janvier. Que faire pendant tout ce temps ? Vivre sans Internet ?

Heureusement, il y a FreeWifi. Ce service est tout simplement génial. Couplé avec le principe de Freephonie et son accès SIP ça devient idéal. Malheureusement, il ne semble pas possible de contacter l'assistance free via une liaison freephonie.

Cela dit, j'ai pu remarquer que mon script pour se connecter automatiquement au FreeWifi via NetworkManager ne fonctionnait plus. Pour rappel, FreeWifi est un portail captif : la connexion Wifi est ouverte (pas de clé) mais toutes les connexions sont initialement redirigées sur une page de Free pour s'authentifier. ll est possible de scripter cette phase en déployant le fichier /etc/NetworkManager/dispatcher.d/freewifi.sh :

 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
#!/bin/sh

if [ -z "$1" ]; then  
    echo "$0: called with no interface" 1>&2  
    exit 1;  
fi

# Fake ifupdown environment  
export IFACE="$1"

[ "$2" != "up" ] && exit 0

# Env  
[ ! -x /sbin/iwconfig ] && exit 0  
. /etc/freewifi.conf || exit 0


! /sbin/iwconfig "$IFACE" 2>&1|grep -i freewifi 2>&1 && logger "Ce n'est pas FreeWifi ..." && exit 0

action=`wget -O - "https://wifi.free.fr/" 2>/dev/null| sed -n '/action=/s/.*action="\(.*\)".*/\1/p'`  
wget -O - --post-data="login=$LOGIN&password=$PASSWORD" "https://wifi.free.fr"$action 2>/dev/null|grep "CONNEXION AU SERVICE REUSSIE" 1>/dev/null 2>&1 && logger "Connection FreeWifi OK" && exit 0  
logger "Erreur de connection FreeWifi"  
exit 1

Oui mais voilà, chez moi, les voisins ayant un FreeWifi activé ne sont pas particulièrement proches. Et passer des heures à lire son mail dans le jardin en plein hiver... non merci. Du coup, en attendant la réparation de la ligne, j'ai fait plusieurs tests pour repérer où je captais le mieux le FreeWifi. J'ai ensuite ressorti ma fonera, activé le mode ponte2 proposé par le firmware francofon et voilà : connexion Internet de nouveau opérationnelle dans la maison. Pour ceux qui suivent mal : mes PC se connectent à la fonera, qui relaye au FreeWifi du voisin, qui transfère par son ADSL. Simple, non ? Bon, par contre, dès que le voisin ferme ses volets... la connexion se coupe. Et en hiver, on ferme les volets très tôt.

Heureusement, aujourd'hui, après une nouvelle intervention, la connexion ADSL fonctionne de nouveau dans les meilleures conditions.